mercredi, juin 04, 2008

Révolte du bassin Mi. nier : un deuxiéme mort .

La politique du pire vient encore de tuer : un véhicule de la garde natio.nale pourchassant de jeunes manifestants a mortellement heurté le jeune Na. bil Cha. gra.

Hay.tham Sma.dah a été plongé dans un coma profond pendant deux jours à la suite des coups de ma.traque répétés qu’il a reçus sur la tête et au visage.

Le mouvement social qui secoue le bassin min.ier de Ga.fsa depuis le début du mois de janvier 2008 continue à faire tâche d’huile. La mobilisation s’étend aux villes limitrophes du gouvernorat de Kas.serine qui connaît à son tour des mani.festations contre la détér.ioration des conditions de vie et un chô.mage endémique. Les populations de cette région ne cessent d’exprimer leur ras-le-bol des po.litiques anti.sociales qui hypo.thèquent l’avenir de la jeunesse, avec ou sans diplômes.
La révolte so.ciale qui a commencé dans le bassin minier depuis le début de l’année ne cesse de prendre de l’ampleur : après Re.deyef et Oum Lar.ayes, le mouvement a gagné Me.tla.oui qui a vécu tout au long de la semaine dernière au ry.thme des manife.stations de rue et des sit-in organisés par les chôm.eurs de la ville. Les autorités ont rép.ondu comme à leur habitude par la rép.ression. L’aveu.glement et l’abs.ence de volonté de négociation de la part des autorités locale et nationale avec les représentants des mouvements sociaux pour sortir de la crise sont patents
.


L’option sécuritaire et le recours systématique à la violence face aux manifestants ne cessent de faire des victimes : après la mort, le 6 mai 2008, de Hi.chem Ben Je.dd.ou, un autre jeune homme, Hay.tham Sma.dah a été plongé dans un coma profond pendant deux jours à la suite des coups de matraque reçus sur la tête et au visage. La politique du pire vient encore de tuer : lors d’une manifestation de rue, lundi, 2 juin, un véhicule de la garde na.tionale pourchassant de jeunes manifestants a mortellement heurté le jeune Na.bil Cha.gra.

La contestation et les affrontements s'élargissent à d'autres régions comme la ville de Fé.riana dans le gouvernorat de Kass.erine où, encore et toujours, face à la colère des manifestants, seule la brutalité pol.icière semble être la réponse du régime tunisien.

Dans cette ville, où le chômage bat des records, un rassemblement pacifique organisé par les chômeurs le 2 juin s’est heurté aux interventions des forces de police. Auparavant, les milices du parti av.aient agressé et roué de coups le syndic.aliste et responsable du P.D.P, At.ef Za.ïri qui a été transféré à l’hôpital dans un état critique. La confrontation entre les manifestants et les forces de police qui ont eu recours aux bombes lacrymogènes a duré toute la journée du lundi 2 juin 2008.

*Source tuni.snews.net

Mes condoléances aux proches et aux amis de ce nouveau martyr .

3 commentaires:

Karim2k a dit...

Pourquoi aucune media arabe ou etrangere ne s'est penchee sur la crise?

sarra a dit...

@anonyme
tu ne pourrais pas soigner un peu ton langage? tu pollues le post avec tes conneries.
@yasmina
je ne pense pas que cela pourrait créer un mouvement de panique...on a pratiqué la politique de l'autruche pendant trop longtemps, il serait temps d'instaurer le dialogue...

Anonyme a dit...

aaslema ! je pense beaucoup de bien de tous ces espaces de dialogues. toutefois, ils restent virtuels... eh oui, un espace virtuel...il n'y a que de bonnes initiatives avec ce blogue et plusieurs autres. mais à part l'ambition de monter sa propre entreprise et se faire plein de fric (sur le compte de tous ceux qui en auront moins...) qu'y a-t-il dans le ventre de tous ces blogueurs ? je pense que dans le fond, il n'y a rien. je pense que le problème ne fais que se déplacer, voir s'éloigner. le système local a réussi à faire des tunisiens des opportunistes exploiteurs qui, pour sauver leur peau, ont décidé de ne pas choisir un autre chemin. oui, parce qu'on a toujours le choix ! on a toujours le choix de refuser la corruption et de manger Khobz ou Zitoune. mais voilà, le tunisien a été dressé vers de nouveaux besoins : machine à laver, DVD, voiture pour descendre chez el aattar pour acheter une baguette subventionnée qu'il jettera aux souris d'El Menzah et El Manar... Bref. pauvre Tunisie... elle n'a produit que des eunuques qui ne pensent qu'a se faire plein de fric alors qu'on peut vivre heureux avec très peu. le petit prince dit : l'essentiel est invisible pour les yeux. on ne voit bien qu'avec le coeur. alrs arrêtons de parler de fric et d'entreprise de merde ! il faut parler d'union ! de réflexion ! d'indépendance idéologique et technologique et énergétique ... ! la Tunisie fournie le monde en excellent mathématicien, physiciens, agronomes, architectes, médecins... nous sommes la mtière grise ou quoi ? alors battons-nous contre la Médiocratie tunisienne ! les postes de pouvoirs sont donné aux incompétents. bien sûr, plus faciles à manipuler. eh bien, si toute une administration se met contre un directeur incapable, il sera remplacer. seule la mobilisation générale peut faire le poids ! l'union fait la force ! ça marche toujours ! sauf que les futurs chef d'entreprise à frc ont peur de perdre leurs avantages...ils veulent continuer à engraisser les rouages et de l'autre côté cracher dans la soupe ! c'est facile de prendre sa golf 5 le matin, aller travailler, rentrer à midi piquer une tête dans sa piscine d'el manar, ensuite enfiler son jean DG troué et déchiré, descendre à l'avenue et parler de démocratie, de liberté d'expression, de fete de la musique... ce n'est pas ca la démocratie, ce n'est pas la fete de la musique ! ce n'est pas copier comme les singes ! ce n'est pas faire Star Academy Maghreb ! ce n est pas distribuer des milliers de dinars à la TV nationale alors que les mineurs de Gafsa n'ont pas de traail ! non ce n'est pas ça la liberté ! la liberté c'est se connaître soit même ! plus nous connaîtrons ce que nous avons été et ce que nous sommes, plus nous irons mieux. plus nous arriverons à nous parler... ya weldi fokk aalik mel flouss ! rahi oussakh el denia ! ou ekhretha chnowa ? qotna fi... ou zouz mitrou trabb ! pensez bien à tous cela mes soeurs et mes freres ! la pensée au pouvoir ! shalom aalikom ! tchéou ! bess ! zbalakhir ! annastou !