mercredi, avril 16, 2008

Rouge de Honte et de Rage ...

Alors que des compatriotes vivent dans la plus grande misére et fuient vers l'Algérie ...





D'autres pratiquent leurs saloperies aux sus de notre pays et se retrouvent dans la ligne mire
Entre-temps je ne peux ressentir que de la honte pour ce que nous sommes devenus et de la rage pour ce que nous pourrions être...

2 commentaires:

Anonyme a dit...

Mais...Aziz, es tu innocent? les informations sur le petit navire d'Imed ont été publiées dams la presse française il y a déjà plus d'un an (Le Canard, Le Figaro, Libération, le Monde).
Fais donc une recheche croisée sur Google en croisant '''Heineken''' + '''Trabelsi''': la honte t'obligera alors à rendre ton passeport tunisien.

bouzguelif a dit...

En mai 2006 plus exactement mais je pensais que tu étais déjà au courant et cela à déjà été évoqué sur les blogs .De plus le propriétaire du princess est un pote à chirac et c'est un banquier connu .

Mais je ne pense pas que ces gens là, nous font plus honte que nous autres . Ce ne sont que des tunisiens comme nous ni plus ni moins, ils ont accès au pouvoir et en abusent comme l'aurait fait n'importe quel autre citoyen qui se respecte et s'il ne le faisait pas tous ces amis l'enverrait paître en le prenant pour un idiot.Ils lui, diraient" mais profites en pendant que tu le peux encore, des occasions comme ça ne se présente pas deux fois !"
Il faudrait peut-être essayer de le comprendre une bonne fois pour toute, c'est dans notre mentalité d'être des enfoirés d'escrocs de voleurs et autres arnaqueurs et profiteurs et c'est notre société quiu veut ça . Ceux qui ne le sont pas forment l'exception et sont ridiculisé au lieu d'êtres honnorés, on les appele les bouheli, les sots, les niaids, les idiots, etc. . Peut-être qu'avec un retour vers le religieux pour certains et une mentalité de cheb3ane pour d'autres, les choses s'arrangeront mais pour l'instant, je pense que nous avons encore beaucoup trop d'enfoirés .

Commençons déjà par nous améliorer nous mêmes avant de penser à ces gens là qui sont contaminés par le virus du profit.
Plus tard, quand tout cela sera finit, ils se regarderont et se jaugeront pour voir qui est-ce qui s'est le plus remplis les poches.