vendredi, janvier 18, 2008

Lettre ouverte à une femme voilée


* Article trouvé dans cet excellent blog .


Par Foued Zaouche


Mon intention est extrêmement respectueuse et j’aimerais entamer un dialogue avec les femmes qui portent le voile, un dialogue fructueux, dans la dignité et le respect, comme celui que l’on peut avoir avec des esprits ouverts et intelligents. Si personne ne doute de la liberté individuelle de porter ou de ne pas porter le voile, il faut expliquer ce que peut signifier le port du voile islamique et ses conséquences sociales et juridiques.


Zyed Krichen, dans Réalités de la semaine dernière, a parfaitement posé la problématique dans son éditorial et dans son article qui relate les tribulations juridiques d’une enseignante en conflit avec son autorité de tutelle à propos du port du voile.Je voudrais poser une seule question aux Tunisiennes qui ont choisi de porter le voile islamique, et cette question, je ne la poserais pas à l’Algérienne, ni à la Marocaine, ni à l’Egyptienne et certainement pas à la Saoudienne, car celles-ci ne disposant pas des mêmes droits, cela n’aurait aucun sens pour elles.

La question est celle-ci : savez-vous qu’en décidant de porter le voile, vous renoncez volontairement à tous vos droits juridiques actuels car ceux qui vous inspirent sont pour l’application de la Charia qui fait de vous des mineures sur le plan juridique ? Ce qui signifie que vous ne pourrez plus ni voyager seule, ni disposer de la personnalité juridique qui vous permet d’avoir un compte en banque, ni commercer en toute liberté sans l’autorisation de votre mari ou de votre père. Vous retomberez sous l’emprise totale des hommes, ce qui représente une insulte à vos mères et à vos grands-mères, ces femmes admirables qui ont milité pour l’émancipation des femmes tunisiennes et lutté courageusement pour l’abandon du port du voile, une pratique qui était l’expression d’une soumission éhontée.


Comme le dit très justement Zyed Krichen dans son éditorial, les textes coraniques sont beaucoup plus explicites sur la répudiation et la polygamie qu’ils ne le sont sur le voile. La femme tunisienne risque de se retrouver, à Dieu ne plaise, confrontée à de vieilles pratiques rétrogrades heureusement bannies de notre pays, pour son honneur.Evidemment, la femme tunisienne peut me rétorquer que le fait de porter le voile est une affaire de croyance personnelle, un acte de liberté et qu’elle ne se sent pas engagée par toutes ces considérations sociales et politiques.

Cela est l’expression d’une immense naïveté ou d’une rouerie calculée car ce qu’on appelle le voile islamique est l’étendard affirmé et évident depuis les années 80 d’une doctrine militante extrêmement organisée et d’une dangereuse efficacité, il suffit d’observer son action en Egypte où elle est devenue le terreau d’un prosélytisme effrayant à l’origine d’une chape de plomb culturelle qui s’est abattue sur ce pays, naguère si joyeux.


Et pour celles qui croient « avoir le beurre et l’argent du beurre », c’est-à-dire, porter le voile et conserver les droits que leur confère le Code du Statut Personnel, elles se trompent totalement. En choisissant de porter le voile islamique, la femme tunisienne s’engage dans une doctrine dont la principale revendication est de restaurer la Charia. Chaque Tunisienne qui le porte devient une militante active, parfois malgré elle, de cette idéologie extrémiste qui n’est pas prête à ce genre de concessions sous peine de disparaître et en rappelant le pouvoir exorbitant que donne la Charia aux hommes sur leurs compagnes, réduites à être des mineures « taillables et corvéables à merci ».


Alors, à celles-ci, à ces Tunisiennes qui croient conserver leurs droits tout en portant le voile islamique, je les implore de poser des questions, de demander aux Imams, aux docteurs de la religion et à tous ceux qui se targuent de recommander le port du voile comme une obligation divine. Demandez-leur si vous perdrez vos droits si, par malheur, la Charia était imposée dans notre pays et ce que cela signifierait pour les femmes. Et s’ils vous disent le contraire, demandez-leur ce que signifie alors le fait d’être islamiste si ce n’est pas pour appliquer la Charia. Il faut se méfier des belles promesses de ceux qui ne cherchent qu’à séduire… Renseignez-vous sur le statut juridique de la Saoudienne ou de l’Iranienne, même si celle-ci peut faire illusion car elle va à l’Université et conduit sa voiture.


Demandez à cette dernière quel est son statut juridique réel, dans les faits ; elle vous racontera peut-être comment elle peut faire l’objet de vexations de n’importe quel homme qui trouverait son foulard mal ajusté, laissant apparaître quelques mèches coupables ou comment n’importe quel « tartempion » peut s’arroger le droit d’interpeller une femme dans la rue pour lui adjoindre de respecter la religion, du moins celle que son esprit borné a pu en comprendre.Combien je suis sincèrement peiné par l’aveuglement de celles qui portent le voile car elles risquent de nous entraîner dans un aventurisme effrayant pour notre pays qui a tant besoin de toutes ses énergies pour gagner la bataille du développement.


Comment concilier notre volonté d’être un pays de services, c’est-à-dire tolérant, ouvert et accueillant, avec une doctrine passéiste et moralisatrice qui ne peut fleurir que dans les pays pétroliers dont les rentes leur permettent de se passer des autres. Nous, nous avons besoin de toutes nos femmes et de tous nos hommes pour construire notre pays dans ce monde violent et cynique.


La petite Tunisie, sans ressources d’hydrocarbures ni minières, a besoin de l’ensemble de ses potentialités oeuvrant pour une dynamique de progrès et d’exigence.Je ne doute pas de la conviction et de la sincérité de la majorité des femmes qui portent le voile… A elles, je voudrais dire que l’amour de Dieu est au delà d’une tenue vestimentaire et répéter ce que j’avais écrit dans un précédent article, ce n’est pas à la femme de se voiler mais à l’homme de voiler son désir, le seul coupable de cette aberration d’un autre âge.Je voudrais clore ce énième article que je consacre au voile par l’expression sincère du respect que je porte à l’Islam, celui de l’Ijtihad, celui du dépassement de soi, celui de l’exigence personnelle.


L’Islam n’est pas une idéologie politique. Nul ne peut juger mon action, je n’en suis comptable que par rapport à Dieu et à Lui seul. Ceux qui vous disent le contraire vous utilisent. Pour le reste, les lois de la République se chargent d’administrer notre vie terrestre dans le respect de la liberté qui s’arrête où commence celle de l’autre.L’argument avancé par les islamistes, qui veulent faire du port du voile un simple acte de liberté individuelle qui ne concerne que son auteur, est trompeur. Ils devraient être plus explicites sur le rétablissement de la Charia, qui est l’essentiel de leur programme et sur ses conséquences sur le statut juridique de la femme tunisienne.


(Source : « Réalités », N° 1140 du 1er novembre 2007)

22 commentaires:

El 9ardhaoui a dit...

Paris jugé par un âne...

mahéva a dit...

@Aziz
merci pour ce passage, rien à commenter.

@El Quaradhaoui
je voudrais bien lire tes arguments si tu en as. Ton problème est dès qu'il y a un sujet à débattre, tu te caches derrière un pseudonyme et des insultes gratuites.

Anonyme a dit...

toujours les mêmes discours laïque avec une logique naïve et un raisonnement non exhaustif... ces discours de la presse qui sont plus proche d'un monologue que d'un dialogue reflétant ainsi l'avis d'un parti qui prône une liberté superficiel alors qu'en réalité, il dénonçait une forme de liberté pour ne faire régner que ses idées, sa liberté à lui... Bref, arrêtez de polémiquer sur des sujets qui ont été traité des milliers de fois et essayez de prendre du recul sur ces sujets qui ne peuvent être sérieusement traité ou discuté sans une connaissance assez poussée...

meriam a dit...

si je répond a cette question (prkoi je porte le voile) c'est que je me sens conserné, je porte le voile depuis le moi d'Avril 2007.
Tous d'abor Allah nous l'ordonne dans le Coran,et Allah est celui qui sait ce qui est mieux pour nous.Le voile c'est certes une soumission,mais pas une soumission au pére,ou au frére ou à l'oncle ou au mari...C'est une soumission à Dieu,porter le voile est un choix et il est interdit d'obliger une femme à porter le voile si elle ne le souhaite pas, si on porte le voile c'est pour une raison de foi,de confiance et de soumission à Dieu, une femme qui porte le voile elle le porte pour Dieu et non pas pour son mari ou son frére...Et une femme qui porte le voile n'est pas necessairement plus croyante que celle qui ne le porte pas et la réciproque est vrai.
Donc personnellement je porte le voile parce que je me sens mieux avec,parce que je me sens protégé avec,parce que je sais que quand je marche dans la rue,même si des garçons me regardent et bien ils ne verront que mon visage et mes mains et qu'ils ne verront pas mais formes,j'obéis à Dieu en le portant et parce que je sais que Dieu est fiére de moi car je lui obéis,cela ne veux pas dire qu'Il n'est pas fiére de celle qui en le porte pas!!!...
Ce qu'il faux savoir aussi c'est que le but de se voile c'est de présérver la femme de tous les regards pervers qui se balade dans la rue,de tous les regards qui n'ont pas lieu d'être,et non pas de la bloquer pour je ne sais quel raison.
Vous savez lorsque l'on posséde un objet de valeur on le présérve,on le met a l'abri pour que personne ne puisse le toucher afin de le salir ou de le casser ou...Ba une femme en islam c'est la même chose,la femme en islam c'est un trésor mais maleureusement la médiatisation à désiner une image complétement différente de celle-ci.
Certes il y a des hommes qui oblige leur femmes,ou leurs soeurs ou leurs filles à porter le voile,certes il y a des hommes qui interdisent a leurs femme,soeurs,filles de sortir certes il y a des hommes qui...Mais cela n'as strictement rien à voir avec l'islam.
Si il y a des filles qui le portent et d'autres qui en le porte pas,je pense que c'est du au fait qu'elles ne sont peut être pas prête à le faire ou alors qu'elles ne savent pas encore les vraies bienfait de ce voile que Dieu nous demande de porter.
Je ne pense pas que le port du voile islamique soit tabou,c'est un sujet comme les autres,seulement c'est un sujet qui fait beaucoup de bruit pour la simple et bonne raison que certaines femmes et hommes n'acceptent pas le port du voile et organisent des associations,des emissions télé... en cherchant bien sure le peu de femmes voilées qui ont été obligées de le porter pour parler au nom de toutes les femmes musulmanes voilées et donner une image complétement éroné du voile islamique,ils utilisent une minorité pour éxpliquer leur révolte.
"LA BEAUTE D'UNE FEMME DOIT ETRE VUE DANS CES YEUX? CAR C'est LA PORTE DE SON COEUR,l'ENDROIT OU RESIDE L'AMOUR"
Et sachez monsieur qu'une femme voilé n'est guerre differente d'une femme non voilée,elles ont les meme loisirs de femmes,les même envies de femmes...

Voila j'éspére que j'ai été claire,en tous cas j'ai essayer du mieux que je pouvais.

trainspotting a dit...

@ meriam :

D'abord merci pour cette explication détaillée sans excès de passion et sans insultes. Ce qui dans un sujet qui enclenche automatiquement les passions est assez rare pour être noté.
Je vais essayer de répondre à tes arguments , si ça ne t'ennuis pas:


1- C'est un commandement de dieu:
je dirai que c'est une interprétation d'un commandement de dieu , ce qui est différent , voici les versets qui ont mentionné le port du voile (tirés du site d'Islamiqua dont l'auteur me pardonnera le copiage):
- L'un ne concerne que les épouses du Prophète : «… Si vous avez quelque demande à faire à ses femmes, faites-la derrière un voile…» (sourate 33-verset 53)
- le deuxième «Ô Prophète, prescris à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de ramener sur elles leur jilbab (tunique), c’est pour elles le meilleur moyen de se faire reconnaître et de ne pas être offensées…» (sourate 33, verset 59)
=> Ce verset est apparu suite aux agressions fréquentes contre les femmes qui sortaient seules le soir , cependant certains penseurs de l'islam disent qu'ils ne s'adressaient qu'aux femmes libres puisque la tradition rapporte que 3umar Ibn Khattab battait toute esclave qui osait porter le voile . Une autre tradition concernant le prophète cette foi-ci rapporte que pour savoir comment se comporter avec Safiya la femme du prophète (devaient-ils la considérer comme une captive de guerre une esclave qu'il est possible d'agresser ou comme la femme du prophète) pour cela on leur dit de voir si elles portait le hijab. Il s'agissait donc d'un signe distinctif pour reconnaitre la libre de l'esclave: On est toujours pas arrivé au commandement explicite envers toutes les croyantes
- «Commande aux femmes qui croient de baisser leurs yeux et d’être chastes, de ne découvrir de leurs ornements que ce qui est en évidence, de couvrir leurs seins de voile, de ne faire voir leurs ornements qu’à leurs maris…» (sourate 24, verset 31).
Ce verset est considéré comme le commandement pour porter le voile, et pourtant rien n'est précis dedans, que dois t-on considérer comme zina, est ce les bijoux, le maquillage, les vêtements aussi font partie de la beauté de la femme , le visage les mains , les lèvres qui appellent le baiser ne sont-ils pas considérés comme des ornements?
De l'aveu même des penseurs de l'islam ce verset ouvre la porte à de multiples interprétations
- quant au Hadith parlant du voile même pour les juristes musulmans ce n'est pas un Hadith sûr

=> En résumé: 3 versets dont aucun ne parle du voile , telle que les musulmanes le portent aujourd'hui et tous sujets à des interprétation diverses or le coran même met en garde contre les interprétations des autres en précisant que seul dieu connait la véritable interprétation «… Dieu seul en connaît l’interprétation et les hommes enracinés dans la science diront : Nous croyons au Livre, tout ce qu’il renferme vient de notre Seigneur. Les hommes sensés réfléchissent » (verset 7, sourate 3). »

2- tu as parlé du fait qu'on a pas le droit d'obliger personne à porter le voile:
Laisses moi te poser une question est ce que les parents ont le droit d'obliger leur fille à ne pas avoir de petit ami . Est ce qu'un homme a le droit d'interdire à sa femme de travailler Certains te diront non d'autres te répondront il faut discute avec ses parents/ ou mari , mais la règle primordiale est que le paradis réside dans l'obéissance des parents et que la femme doit être conciliante avec son mari sinon le mariage sera un échec 'ce sont là les commandements de coran j'invente pas) , donc après maintes discussions la femme devra obéir dans tous les cas , en quoi cela serait-il différent pour le voile
deux choix se posent à nous: soit le voile est un acte envers dieu , soit c'est un acte envers les hommes. Si c'est una cte envers dieu, les femmes devront être voilées 24h/24 pour être de bonnes musulmanes, mais ce n'est pas le cas, c'est un acte social que les femmes font parce qu'elles croient à la protection du boût de tissu (j'évoquerai plus tard le haut pouvoir de celui-ci). En tant qu'acte social de protection il est comme le fait de ne sortir qu'en demandant la permission à ses parents , on doit leur obéir sinon on court un risque. Si donc les parents se mettent en tête que ce boût de tissu nous protège ils pourront nous exiger d'obéir. Et on n'aura rien à dire car il s'agît d'un acte de protection. D'où les discours des laics contre l'obligation du port de voile car il s'agît justement plus d'un acte social que d'un acte de foi, car il ne fait pas partie des 5 pilliers de l'islam en réalité mais il est devenu un pilier par la force des ulémas qui ont rendu de cet acte social sacré comme la prière.

3- le sentiment de protection grâce au voile: Je dirai tant mieux pour vous si vous vous sentez protégés grâce au voile car vous pensez que vous ne serez pas agressé verbalement ou pire physiquement grâce.
Pensez vous que les femmes qui ont été violées sous les talibans se sentaient en sécurité grâce à leur burka. J'ai vu un documentaire sur un refuge de jeunes filles en Iran. Une adolescente s'est faite tabasser par son père et son frère parce qu'alors qu'elle portait l'immense voile noir iranier , un inconnu l'a interpellé en disant "quelle belle allure!"
En Egypte aussi bien les voilées que les non voilées sont agressées et embêtées dans la rue et pourtant il y a là bas une majorité de voilées
Un voile ne fait pas des femmes des êtres asexués ni n'arrête les hommes qui ont envie d'agresser ou ou de faire un coup d'essai pour voir si la fille marche là dedans d'aller embêter une fille. je ne sais pas comment ça marchait à l'époque du prophète mais ce qui est sûr c'est que ça ne marche pas à tous les coups pour les voilées de tunisie (il y a la fois le respect pour le symbole, mais aussi l'attrait de la nouveauté qui pousse les garçons à tenter leur chance) et pour les autres.

Enfin la comparaison de la femme avec un objet de valeur , un trésor, je ne sais pas pour vous mais ceux que je connais quand ils ont un bijou soient ils le portent fièrement pour réhausser leur beauté, soient ils le mettent dans un coffre fort. Et franchement je ne vois pas les femmes mises dans un coffre fort.
Et puis pourquoi cacher nos trésors ne serait-il pas plus logique d'éduquer ses enfants ou les hommes en général pour ne pas casser ou salir les choses. Croyez moi et par expérience vous avez beau cacher un trésor dans un coffre il y aura toujours quelqu'un qui va forcer la serrure pour le voler ou un enfant qui trouvera sa cachette et essaiera d'en jouer. Alors pourquoi se prendre la tête à se voiler et à cacher sa beauté pour éviter aux hommes "pauvres êtres fragiles" la tentation de la toucher , ça ne vous rappelle pas le « Couvrez ce sein que je ne saurais voir.
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
et cela fait venir de coupables pensées. » , vous devant un tel tartuffe vous vous couvrez les cheveux (ne parlons pas du sein) moi je répondrai "Vous êtes donc bien tendre à la tentation;
Et la chair, sur vos sens, fait grande impression Certes, je ne sais pas quelle chaleur vous monte:
Mais à convoiter, moi, je ne suis pas si prompte*;
Et je vous verrais nu du haut jusques en bas,
Que toute votre peau ne me tenterait pas"

mr bof a dit...

@ trainspoting :
J'ai repris une partie du commentaire que je t'ai adressé sur le débat1 : parti islamiste en tunisie . Je l'ai fait parce que j'ai la flemme de me casser la tête sur un tel sujet qui n'avance à rien . Celles qui choissent de le porter le font pas convictions et c'est leur droits de le faire .

Tu verras que sur le commentaire je n'ai qu'a remplacer le mot polygamie par port du voile pour que ce commentaire y réponde de la même manière .


Le port du voile est un droit certes pour une partie de la population mais elle n'est pas une obligation à subir pour l'autre . C'est un choix qui doit être accepté par l'autre partie non concernée puisque ce choix ne lui ai pas imposé . Nous n'avons pas le droit d'interdire ce qui est autorisé et qu'a partir du moment ou il y a une décisions mûrement réfléchi de la part de la personne concernée, tu n'as pas le droit, toi en tant qu'élement extérieur a t'y opposer . Ce qui s'est passé en tunisie c'est que le pouvoir à juger bon de décider pour autrui pour peut-être encore une question d'immaturité .Je dirais plutôt que l'abrutissement actuel du peuple est dû en partie a cette pression qu'ils nous ont fait subir pendant une cinquantaine d'années en nous tranformant en incapables .

C'est ce que tu es en train de faire toi aussi trainspoting en estimant que tu as le monopole de la raison et que tes décisons ou tes choix sont les meilleurs, même si ceux-ci vont à l'encontre du choix du peuple aussi immatures soit-il. Tu as la même réaction face au autres choix du peuple, tu as peur de te retrouver dans un environnement étranger à celui auquel tu aspires et tu souhaiterais que tout le monde se conforme à ton idéal .

Tu ne peux pas imposer tes choix. Ceux qui aujourd'hui se revendiquent de l'islam ont accepté de subir de vivre durant cinquante ans dans un environnement contraire à celui auquel ils aspirent et pourtant n'ont pas bronchés . Il se trouve qu'aujourd'hui ils veulent que ça change et ils sont majoritaires, tu ne peux pas t'y opposer, c'est la loi de la majorité qui doit prévaloir dans un pays et c'est une question de logique .On ne peut pas d'un côté défendre la démocratie et de l'autre s'opposer aux choix d'une majorité de la population si jamais c'était leur choix . Même le gouvernement à fait marche arrière, c'est comme ça et je ne vois pas pour quelles raisons, il ne l'aurait pas fait .

Je voudrais aussi dire que cette personne je ne sais son nom, foued zarouche je crois dois peut-être faire partie de ceux de ces professeurs et autres qui bénéficiants d'une certaine notoriété que leur octroyait leur fonction on peut-être par le passé comme de professeurs que je connais abuser de la manne féminine qui s'offrait à leur yeux . Il est évident que dans ces conditions voyant s'échaper un si grand potentiel de chair fraiche auquel ils ne pourront peut-être plus goûter, ils ne peuvent que se révolter de cette nouvelle situation en prétextant des arguments mensongers . Bon quand on regarde le débat sur le voile en france, ce n'est pas la question de la soumission des femmes qui à motivé ses contradicteurs et ce n'est par volonté de les défendre non plus. Ces gens là sont des drogués il faudrait vous renseigner sur le vie privé . Ce qui les gêne, c'est de ne plus pourvoir se taper des petites maghrébines, de ne plus pouvoir les mettre dans leur lit alors que pour une fois, celles-ci qui autrefois étaient extrêment difficiles d'accès se trouvaient soudainement de plus en plus disponibles . Il s en rien à fouttre du droit des femmes, c'est pas en faisant mettre a genoux une femme pour lui mettre une giclée de fouttre que l'on prétendre la défendre .Dans ces sociétés, la femme est un objet sexuelle ni plus ni moins que ça et il n'y a qu'à regarder son image dans la publicité .Elle n'y est représentée que pour exciter l'appétit sexuelle et cette image là n'est pas forcémment bénéfique pour elle, il y en a qui n'aime pas et qui voudraient se sentir respectées tout simplement .Si elle sont choisie le voile, elles ont le droit d'êtres respéctées pour leur choix .

trainspotting a dit...

@Mr BOF:

encore une fois tu es hors sujet mon cher. Je n'ai jamais voulu interdire le voile , ce n'est pas mon affaire. Je suis seulement en train de débattre et de répondre aux arguments de Meriam.
C'est un sport pour moi. Si elle est convaincue de porter le voile tant mieux pour elle, j'ai au contraire précisé au début du post que je respecte et apprécie vraiment sa façon de débattre, j'aimerai que tous les musulmans fassent preuve d'une ouverture au débat dont elle a fait preuve dans ce post.
Je ne sais pas ce que tu me reproches mais j'ai l'impression que tu m'as collé l' image que tu as d'une anti-islamiste laique et que tu veux absolument que j'y corresponde . He ben c'est pas de bol. Parce que moit tout ce qui m'intéressait c'est le jeu de l'argumentation, c'est tout

Aziz a dit...

À Meriam : Merci pour ton commentaire . Je ne voulais susrtout pas te blesser ou blesser quiquonque à travers ce post mais ilexprime assez bien mon opinionsur le hijab.

J'aimerais te direassi que ma soeur adecidé également de porter le voile .

ce fut un choc por toute nore famille non pas que nous sommes laïque mais dans notre famille qui a soutenu et combattu dés l'indépendance pour l'émanicipation de la femme , ce retour en arriére a été mal perçu.

Nos parents nous ont inculqué les valeurs fondamentales de l'islam avec une lecture de nore religion plus ouverte à l'interprétation de chacun.

ma soeur de son côté a decidé de se turner versla religion et c'est son choix personnel.

Mais cela m'a boulversé je l'avoue mais cmme l'a mentionné trainspotting le voile est loin d'être une obligation dans nôtre religion ce n'est que relecture de l'islam qui plaît à un moyen-orientqui envahinotre culture .

Le combat contre le voile en Tunisie revêt un aspect historique il ne faut pas l'oublier .

Quand je parle de combat je pare du combat contre l'ignorance et la régression.

50 ans plus trad la situation a évolué certes en Tunisie mais pas dans le monde arabe loin del à..

En portant le hijab oriental c'est un geste que tu pose et qui défie nos acquis mais aussi notre culture maghrébine.

Qu'une Tunisienne décide de porter le hijab est un échec pour notre identité aussi .

Par ce que nous n"avons jamaiseu de Hijab en Tunisie nous avons le safsari qui est totalement àl'opposé duHijab. le hijab est le porte drapeau d'un islam politisé et c'est là que le danger poite à l'horizon .

En portant ce hijab tu approuve le discours de cette vision de l'islam.

la beauté das notre reliion c'est l'unicité de la relation que l'on a avec le Divin il n"y pas d,intermédiaire c'est entre toi et ton céartuer et cette liberté dans la pratique dans un monde arabo-musulman en pleine crise identiaire idéologique civilisationelle et le bourbier de tout ces prêcheurs et de ce fait des roupusle islamistes qui y voient leur unique opportunités de restaurer un systéme politique medevial !

Anonyme a dit...

Je n'interdirais pas le voile mais j'en serais très tenté quand je vois à quel point de nombreuses voilées en font un outil pour faire honte à celles qui ne veulent pas se voiler.

mr bof a dit...

@trainspoting :
Désolé de ne pas t'avoir compris, d'ailleurs tu es ce que tu veux être, ce n'est pas mon problème, c'est ton droit.
Mais même moi à mon niveau je suis neutre concernant le voile, celles qui veulent le porter doivent pouvoir le faire librement tout simplement . Si je suis neutre, c'est parce qu'en regardant les femmes dans la rue ce qu'elles nous montrent est beaucoup plus excitant que leurs cheveux même si les cheveux font bien partie de leurs atours . Je ne veux pas entrer dans la discussion de savoir si selon le Coran, cette parure doit être cachée .Disons que pour le moment ce qui est montré est beaucoup plus excitants, comme les jeans moulants, robe sexy faisant ressortir les formes par ex , etc.

Anonyme a dit...

A mon tour il me faut rendre hommage à la modération avec laquelle ce débat d’idée est abordé.

Je redoute cependant que certains arguments ne soient souvent que pure utopie :
La liberté du port du voile (lorsque la femme souhaite ne réserver ses charmes qu’à son seul époux, ou afin qu’elle puisse se protéger, –ainsi que le Coran pourrait en légitimer le port-), semble bien souvent battue en brèche : l’usage en est notablement différent selon l’endroit où l’on se trouve, Ryad, Kuala Lumpur, ou Tunis, et en Tunisie elle-même, selon qu’on se trouve à Carthage, Sfax ou Le kef : la pression sociale ouvertement non exprimée, n’est pas la même partout, et que dire de cette différence criante entre villes et campagnes !

Les sociétés d’origine sémites, c.à d. juives, chrétiennes et musulmanes, n’ont pas manqué de passer par une phases archaïque pendant laquelle la force du mâle était garante de la sauvegarde des femmes, les plaçant nécessairement sous sa tutelle, en contrepartie de certains renoncements requis d’elles. Ainsi, la protection procurée par le voile a certainement contribué à la sauvegarde des femmes, à un certain bien être, et cela au prix de ce qui était perçu bien plus comme un ensemble nécessaire que comme un sacrifice ou un renoncement.

Cependant les rapports de forces, entre sexes différents ou au sein de groupes de même sexe, évoluent et ont rendu caduque et illusoire la protection du voile. De nos jours elle n’est plus que d’ordre psychologique dans les pays dont l’économie se développe et se modernise.
Il n’en demeure pas moins manifeste que des mentalités masculines façonnées par des siècles d’habitudes évoluent moins vite, d’autant plus que certains aspects de la fragilités féminines, en tant que mère notamment , persiste encore.

D’autre part, ce voile lorsqu’il est librement choisi (à l’instar de religieuses dans d’autres religions , exerçant également librement leur choix, mais pouvant encourir les mêmes risques de contraintes) ce voile devient nécessairement un ensemble de signes, voire un appel au ralliement. Ces signes peuvent déranger les étrangers à la foi musulmane…et l’on peut honnêtement poser la question : pourquoi y a t il aujourd’hui une mosquée à Rome tandis que pas l’ombre de la plus petite chapelle ne vient rafraîchir La Mecque ?
N’y a t il pas des raideurs variables non seulement selon l’espace, mais aussi selon les époques auxquelles on accepte ou refuse la manifestation de la foi ? (d’ailleurs, à Jérusalem, les clefs de l’église enserrant la tombe de Jésus, sont confiées à la garde d’une famille musulmane, les diverses religions chrétiennes partageant ce lieu saint sont incapables de s’accorder entre elles…autres raideurs) .
Est ce que les signes résultant du port du voile, autant que ceux émanant d’autres croyances différentes de la foi musulmane, ne risquent pas d’être perçus par certains comme des provocations .
Le choix de la laïcité adopté par les sociétés Turque ou Française, pour prendre des nations où prévalent respectivement islam et christianisme, semble inviter au port du voile avec discernement, en dehors de tout prosélytisme, et en tous cas n’implique ni obligation ni interdiction totales de ce port -comme il en ressort des versets du Coran- (fort bien analysés).

Il reste particulièrement une question qui ne semble presque jamais soulevée : est ce que la femme, fut-elle musulmane, catholique ou animiste, souhaite réellement s’affranchir de toute soumission à l’homme, et d’Allah pour les musulmanes ?

Veulent-elles écarter en particulier ce voile qui peut symboliser, parmi ses divers sens, à la fois la contrepartie d’une dépendance heureuse et un hommage vis-à-vis de son époux, de sa foi, et de son Dieu.
Certaines sont favorables, jugeant peut-être que leur condition (privilèges ?) de femme serait moins contraignante, d’autres non estimant leur sort enviable : leur histoire et leur chemin sont différents .

Pour ma part, je m’efforce de ne jamais oublier le conseil d’un ami : « méfie toi de ce que ton cerveau veut te faire croire, me disait-il ; en étant ainsi attentif, tu risqueras au pire de croire à des choses plus pertinentes ».
Celà a t-il de l'importance pour vous?

trainspotting a dit...

@anonyme:

tu as posé deux questions intéressante:

- pourquoi est ce qu'il n'y a pas d'église à la mecque:
d'abord il faut comparer le comparable. A Rome il y a la partie "république italienne" et la partie appretenant à l'Etat du vatican. L'un est laique l'autre pas. A la mecque il n'y a pas une telle différentiation, et c'est bien dommage.
Le deuxième point est d'ordre idéologique si la rue arabe et musulmane est capbale de défendre même une mosquée en plein vatican. Elle sortira en masse et avec les machettes pour défendre la mecque contre l'arrivée d'une église. Les foutouhat remontent à 1400 ans mais par la grâce de nos ulémas et des chaines religieuses c'est comme si elles existaient encore. On croit encore que la défense de la foi est une question de territoire et de frontières alors que normalement elle devrait être déjà une question marketing. comme c'est le cas pour la chrétienté.

- Est ce que les femmes ont réellement envie de libérer ? La réponse est clairement non.
Il est bien plus aisé pour les tunisiennes (c'est l'exemple que je connais le mieux) de profiter de quelques droits qu'elle a eu sur un plateau, et de ne pas se battre pour le reste afin de profiter encore de ce statut de demi-assisté au lieu de s'assumer pleinement. C'est malheureux , ça n'a rien de trés glorieux mais c'est ainsi

J'aimerai commenter la dernière citation : "c'est lorsquon commence à croire qu'on a trouvé la vérité qu'il faut commencer à douter"

mr bof a dit...

Il n'y a peut-être pas d'églises à la mecque mais il y en a dans le monde arabe et avec des fidèles autochtones et non pas immigrés .
Il faudrait se demander que sont devenus les mosquées d'espagne ou d'ailleurs et surtout qu'est-il advenu des musulmans de cet époque.
Aujourd'hui s'il y a des mosquées , c'est parce qu'il y a des immigrés ou des soldats africains pour le cas de la mosquée de paris construite avant l'immigration .
Pour le territoire sacré de la mecque, c'est une autre histoire et ce n'est pas le seul endroit interdit, même kairouan l'était aussi avant l'arrivée des français . Des cités interdites il en existent dans le monde entier et pas seulement chez nous.

Anonyme a dit...

Je suis bien d’accord avec les commentaires apportés à mon essai de contribution.
Je partage vos avis avec quelques nuances :
Trainspotting –
Comparer ce qui est comparable, je crois l’avoir fait car lorsque je soulève la différence de traitement réservée aux lieux de cultes selon l’endroit, je ne prends en considération que les convictions respectives des hommes et des femmes; les croyances doivent pouvoir librement s’exercer partout et sans compromis, du moins pour l’essentiel .
Quant aux arguments historiques ou contingents (l’histoire des hommes) , ils démontrent amplement que la vérité du moment n’est pas forcément celle de l’éternité : ce n’est pas aux hommes de justifier de leur religion et d’éclairer le monde, ils sont trop petits et trop faibles. Cette tâche incombe au Tout Puissant par le biais de la prophétie . Si cela tarde, quelle importance à l’échelle du temps?
Quant à ramener la propagation de la foi, le jihad, ou l’évangélisation, au rang du marketing, c’est peut être audacieux car la composante de dignité morale/éthique que devraient présenter les deux premiers est singulièrement absente le plus souvent du marketing.

Il est bien plus aisé pour les tunisiennes …. de profiter encore de ce statut de demi-assisté au lieu de s'assumer pleinement. C'est malheureux ….
…. Oui sûrement, sauf que j’aimerais que ce soit ces femmes là qui répondent ; et puis je vois mal la femme du bled du fin fond de Maktar nous expliquer les raisons qui l’amènerait à affronter l’opprobre dont elle serait certainement couverte lorsqu’elle jetterait son voile. Tu sais bien que les femmes, même enfermées dans le harem de Soliman le Magnifique, arrivaient à infléchir, voire exercer, le pouvoir politique (donc et toujours se méfier des apparences).

…et puisque nous sommes en Turquie
Mr bof –
s’interrogeant sur ce que sont devenus les mosquées d'Espagne ou d'ailleurs et surtout qu'est-il advenu des musulmans de cet époque, j’attirerai son attention sur le sort de sainte Sophie à l’origine basilique chrétienne, puis mosquée sous les ottomans , musée aujourd’hui , ou encore en Tunisie la cathédrale de Carthage également devenue musée, ainsi que ses antiques églises byzantines, de même que de la plupart des églises de Syrie.
Mais laissons plutôt de côté ces oppositions stériles, nous trouverons toujours bien de part et d’autre quelques imbéciles pour poser la question en terme de conquête ou de reconquête militaires et religieuse, sans qu’il soit besoin d’évoquer le dieu belliqueux des juifs.
La question intéressante pourrait être : considérant qu’il est plus facile (et moins fatiguant !) d’aimer l’autre que de le combattre, pourquoi faudrait-il agir par soustraction au lieu d’additionner, pour quelles raisons en est on arriver là, et comment peut on empêcher les violences réciproques et inutiles advenues, et dont les séquelles se lisent encore de nos jours dans l’ex Yougoslavie ?
Des cités interdites il en existent dans le monde entier et pas seulement chez nous Certainement, et ce n’est pas fini ! Mais pourquoi passer à la défensive ? est-ce inéquitable à ce point ? Qu’est ce qui interdit de sanctuariser un lieu, d’en demander le respect ? rien lorsque c’est une demande, beaucoup quand c’est un interdit : Il faut laisser un part de responsabilité aux hommes, croire aussi en eux, on a pas le choix.

Enfin, un point de détail : le monde musulman n’est plus majoritairement arabe . Il faut compter avec l’Indonésie (235 Mh), le Pakistan (166Mh), le Bengladesh (142 Mh), l’Iran (69 Mh)…

Je vous remercie de vos observations elles m’aident à avancer.Je souhaite ne pas vous offenser par les miennes.
Amitiés

trainspotting a dit...

@anonyme:

en te demandant de comparer le comparable, je voulais dire par là y'a t-il une mosquée au vatican ? non donc les musulmans ne vont pas s'embêter à en mettre une à la mecque , c'est bête mais c'est ainsi .
Par contre il n'y en a pas à ma connaissance dans le reste de l'arabie saoudite (où on n'a pas le droit de pratiquer une autre religion que l'islam en privé ou en public) alors qu'il y a des mosquées à rome et dans le reste du territoire italien.
Oui il n'y a pas réciprocité, oui ils se croient encore à l'époque du Jihad et confondent la foi avec leur terre ou leurs chameaux. Que voulez vous c'est un peu comme les juifs orthodoxes en Israel qui croient que tout abondan d'un mètre équivaut à l'abondan de sa foi. Ou que les protestants évangéliques qui voient comme une insulte qu'en tant que membre de leur quartier vous n'alliez pas automatiquement à leur église.
Vieux instincts tribaux qui remontent à leur surface.

Sur le point marketing, je ne crois pas que la religion soit tellement morale, examiné en détail aucune des trois religions n'est vraiment trés pacifique ni trés juste (et notamment envers les femmes) ni trés morale in fine. Donc les deux notions vont parfaitement ensemble . D'ailleurs le vatican on use et en abuse et avec quelque succès si on voit les assemblements des jeunes chrétiens. L'islam a des types comme 3amr khaled et sa voix pleurnicharde pour émouvoir les jeunes filles. preuve que ça marche.

Revenons au sujet des femmes , celles de Suleiman entre autres, quel est le bénéfice d'être arrivé au 21 siècle si on continue de faire la même chose qu'au temps de Suleiman : exercer un pouvoir caché. Est ce que les femmes sont condamnées à toujours exercer un pouvoir en étant cachées , et devons nous vraiment les admirer pour ça?
Après tout ce sont ces femmes qui créent la société: elles ont des enfants, des fils et continuent malgrè tout à enseigner à leur filles qu'il faut se marier (et accessoirement qu'il faut rester vierger jusqu'au jour J) et aux garçons qu'il peut avoir des expériences mais qu'il ne faut pas se marier trop jeune mais prendre son temps.
Et après on se demande pourquoi le même schéma recommence!
Par demi-assistée je ne voulais pas dire qu'elles ne foutaient rien et restaient à la maison mais qu'elle en faisaient juste assez pour avoir une vie tranquille mais pas plus, des risques elles n'en prennent pas elles n'en ressentent même pas le besoin , même pas pour leurs filles. Que doit-on penser de cela ?

mr bof a dit...

@anonyme: Ce sont peut-êtres des oppositions stériles, mais on ne peut pas les balayer d'un revers de main .C'est l'arguement choc opposé à la construction des mosquées en europe par les partis d'extrême-droite et autres .
Les problèmes que nous vivons aujourd'hui trouvent leurs source dans la rivalité islamo-chrétienne .On ne peut pas ne pas tenir compte de l'histoire , ce qui s'est passé à un moment donné, nous le subissons aujourd'hui .

Certes sainte sophie est devenue mosquée et les turques ont rendu la vie difficile aux pélerins chrétiens des lieux saints . Mais ce ne sont pas eux qui en subissent encore aujourd'hui les conséquences . Nous savons ce que nous à coûté cette domination turque .
Pour en revenir à cette histoire de mosquées, celles d'espagne ont peut-être été transformées avant sainte sophie puisque les turcs ont pris constantinople en 1453 (à vérifier j'ai pas la date de la prise de cordoue en mémoire) .
Peu importe là n'est pas le problème, mais il faut reconnaitre que le monde arabe(je le sépare volontairement du monde musulman que je connais parfaitement bien) à su protéger ses chrétiens . Je ne connais pas le sort des églises en syrie et cela me surprendrais, dans un pays avec une forte minorité chrétienne .Les églises transformées en musée l'ont été fautes de fidèles, il y en a d'autres qui sont complètement abandonnées et en ruines . Mais là ou il y a des fidèles chrétiens, il y a des églises comme il y a des synagogues seule l'arabie demeure territoire interdit .C'est peut-être aussi ce qui explique que c'est la seule terre non conquise par les colonisateurs(j'évite de dire les chrétiens).
Ah oui vous ne le saviez pas ou peut-être l'auriez-vous oublier .Ce sont les consuls européens et autres marchands chrétiens qui renseignaient les forces navales européennes sur les faiblesses de notre défense .Bien évidemment vous le savez mais vous pensez qu'il y a eu la réciproque, c'est possible aussi mais je ne vois pas nos forces navales de l'époque s'en prendre aux forces européennes à part quelques attaques sur la corse, le sud de la france et la sicile mais jamais de la même ampleur puisqu'elles n'ont jamais abouti à une domination totale à part peut-être sur l'espagne .
C'est pourtant grâce à cette conquête de l'espagne que les européens au contact de la société arabo-musulmanne connaitrons une ammorce de renaissance . Possible aussi que la colonisation nous est tiré de notre torpeur même si le chemin de la renaissance est encore bien long pour nous.

Quand à ce qui est d'aimer l'autre, je suis parfaitement d'accord et c'est tout à fait recommandé, mais encore faut-il que l'autre accepte cet amour ou cet amitié et qu'il ne le confonde pas avec un aveu de faiblesse et une invitation à nous attaquer pour nous piller .
Ou bien nous faut-il encore cette nouvelle colonisation pour que nous nous sortions définitivement de ce sommeil profond ?

Désolé de ne pas avoir encore évoqué ce sujet sur les femmes et leurs voiles mais je ne crois pas que vu notre situation cela ne soit la priorité des dossiers à traiter . Il suffit juste de les laisser vivre leur foi .

Anonyme a dit...

Sagesse, modération., éveil. précision, probité, clarté… et si je devais mieux vous rendre hommage, j’embarrasserai encore plus votre modestie.

Je pense aussi que la question concernant le port du voile ne peut pas être une question centrale : il me semble qu’elle s’inscrive, aujourd’hui, dans le cadre plus général de l’affirmation identitaire de la foi (= j’aime Allah, j’ai donc le droit de le dire et de le signifier !).
Cette affirmation identitaire est particulièrement battue en brèche, voire laminée,
· par les obstacles dressés hier et aujourd’hui à l’édification de lieux de culte
· Par la reconquête en occident (Reconquista, coup d’arrêt à Lépante à l’expansion turque, génocide opéré par les Serbes au Kosovo)
· par la colonisation (empires français et britanniques, de nos jours américain)
· Par la tutelle techno-économique qui persiste de nos jour
· Par le maintien de féodalités, et l’usurpation de privilèges
… et je me garderai bien de tenter d’être exhaustif !

Est ce que le bon débat ne serait pas plutôt celui qui, cernant soigneusement ces entraves, les analysant, permettrait une amorce de solution?

Pourquoi s’interdire de réfléchir sur les effets, éventuellement handicapants qui pourraient résulter de l’intangibilité du Coran ? N’y aurait il pas autant de lectures différentes que de personnes ? S’il devait y avoir blasphème, il résiderait à mon avis dans une réponse biaisée, dépourvue de sincérité.

Pourquoi persister à maintenir des règles comme celles de la charia, édictées à une époque où les chrétiens en étaient encore à se poser la question de savoir si leurs esclaves noirs étaient également des hommes pourvus d’une âme , pourquoi de référer à des règles barbares et obsolètes ?

Quelle serait les conséquences de l’abandon de pans entiers de convictions, reconnues erronées ou inadéquates, concernant les composantes de l’identité musulmane.

Quel mal y a t il à admettre que ma conviction religieuse est un bouclier contre la différence qui m’agresse? Etc…

Vivre en harmonie…. Comme ont su le faire certaines gens, à certain moment, en Tunisie, à Alexandrie ou au Liban, et vraisemblablement ailleurs…. Un rêve à construire qui enrichirait peut être l’islam et ouvrirait un pont vers les autres.

Un autre point : l’avenir de l’homme est dans la Femme (Louis Aragon, ni chrétien, ni musulman, seulement communiste… le pauvre !); nous sommes bien d’accord

mr bof a dit...

C'et bizarre, mais j'ai l'impression de reconnaitre mr l'anonyme qui n'en est pas un .
je ne dirais pas son nom mais on décèle très bien dans sa capacité de d'analyser mes pensées que celui-ci et d'un tout autre niveau que ceux de cette blogosphère .
Je le devine aussi dans ses motivations comme celles de souhaiter une autre lecture du Coran voir même un abandon de ce qu'il juge inadpaté selon lui .
Je n'entamerais pas ce débat avec lui sur ce sujet mais j'aurais certainement l'occasion d'y revenir et d'en démontrer l'inutilité . je me contenterais juste de dire qu'il y a plusieurs lectures du Coran et celle que préconisent beaucoup n'est certainemant pas la plus appropriée . Il faut se baser sur la volonté de Dieu de préserver la vie et donc préconiser le pardon avant le châtiment mais en gardant toujours à l'esprit la nécessité de la dissuasion . J'aurais peut-être l'occasion de développer cela dans un autre post ou sur un autre blog .

Murt tunsi a dit...

Bonjour,

Je tiens à vous dire que j’apprécie la façon dont est mené le débat sur votre blog, dans le respect des choix et convictions de chacun. Je tiens donc ici à exprimer, avec bienséance, mon désaccord sur plusieurs points évoqués même si votre post date de novembre.
Pour mieux comprendre mes propos : je suis une femme française portant le voile, convertie à l’islam depuis 10 ans et mariée à un tunisien depuis 5 ans. Mon mari vient de la campagne tunisienne, à une centaine de kilomètres au sud de Kairouan, il est arrivé en France il y a 5 ans maintenant pour finir ses études. Depuis notre mariage, nous avons eu deux enfants et nous rentrons en Tunisie une à deux fois par an.

J’aimerai maintenant, si vous le permettez, reprendre certains de vos arguments et vous expliciter ma pensée par rapport à ceux-ci, peut-être cela permettra-t-il d’éclairer le sujet.

Votre premier argument concernait le fait que, selon vous, aucun verset du Coran ne traite du voile tel qu’il est porté aujourd’hui.

1. Sur le « tel qu’il est porté aujourd’hui » : vous le savez mieux que moi, le monde musulman est un univers de nuances et entre les femmes qui ont joué la carte de la mode à l'Occidentale et les femmes complètement cachées sous un niqâb, il y a un monde. Celui où des femmes s'habillent et se voilent (ou pas) d'une multitude de façons différentes, pour des raisons tout aussi variées, même en Tunisie. J’y reviendrai.

2. Sur les interprétations diverses d’un verset non explicite vous dites : "le coran même met en garde contre les interprétations des autres en précisant que seul dieu connait la véritable interprétation «… Dieu seul en connaît l’interprétation et les hommes enracinés dans la science diront : Nous croyons au Livre, tout ce qu’il renferme vient de notre Seigneur. Les hommes sensés réfléchissent » (verset 7, sourate 3) ". Vous ne connaissez objectivement pas le sens de ce verset ni ne savez l’importance de se référer à des gens de science concernant des points infiniment plus complexes que vos propos ne le laissent croire.
Je ne vous l’apprend sûrement pas : des générations de savants se sont penchés sur la question du hijab en faisant un effort de réflexion afin de découvrir la règle du cas dont les textes parlent, mais donnent une réponse qui soit n'est pas explicite mais fait l'objet d'interprétations différentes, soit est explicite mais d'autres principes entrent en jeu par rapport au contexte dans lequel les musulmans se trouvent, qui font que la règle n'y est pas applicable (par exemple le principe de contrainte). Je parle bien ici de ce qu’on appelle en arabe l’ijtihâd bayânî.

3. Si l’on parle maintenant de « méthode » d’interprétation. La question que vous posez repose sur le fait de délimiter ce que désignent les termes "ce qui en paraît" dans le verset coranique "Et dis aux croyants de baisser leur regard et de garder leur chasteté. (...) Et dis aux croyantes de baisser leur regard, de garder leur chasteté, de ne montrer de leurs parures que ce qui en paraît, et de rabattre leur foulard sur leur poitrine. (...)" (24/30-31).
Comprendre un verset du Coran peut se faire par référence d'abord à d'autres versets du Coran, puis aux aHadîths du Prophète. Cependant, comme vous l’avez dit, les autres versets coraniques n'explicitent pas ces termes "ce qui en paraît". Et il y a certes un Hadîth qui se rapportent au même sujet – celui rapporté par Asmâ' bint Abî Bakr –, mais son authenticité est mise en doute, comme vous l’avez également mentionné.
Les savants ont donc eu recours à deux autres méthodes pour comprendre ce que Dieu entendait par les mots "ce qui en paraît" :

-1ere méthode : ils se sont référés aux explications de ces termes fournies par les savants des premiers siècles de l'islam (les Compagnons, leurs élèves et ainsi de suite). Selon Ibn Abbâs, Mujâhid, al-Hassan, adh-Dhahhâk, et d'autres, les termes "ce qui en paraît" désignent le visage et les mains, qu'il n'est alors pas obligatoire de couvrir. Selon Aïcha ces termes désignent le visage, les mains et les pieds.

-2nde méthode : ils se sont référés à la façon par laquelle les musulmanes du temps du Prophète ont mis en pratique ce verset, d’où il ressort la nécessité de se couvrir le corps mais où il y a autant de façons de faire que de femmes.

Maintenant sur ceci : « Après tout ce sont ces femmes qui créent la société: elles ont des enfants, des fils et continuent malgrès tout à enseigner à leurs filles qu'il faut se marier (et accessoirement qu'il faut rester vierges jusqu'au jour J) et aux garçons qu'il peut avoir des expériences mais qu'il ne faut pas se marier trop jeune mais prendre son temps ».
Vous parlez de l’islam ou de femmes qui n’ont aucune idée de l’éducation pernicieuse qu’elles donnent à leurs enfants et à leurs fils en particulier.
Oui l’islam donne une place de choix au mariage et à la préservation de la chasteté MAIS POUR LE GARCON ET LA FILLE.
Je rappelle donc à toutes fins utiles pour tout lecteur de ce blog que l'islam demande à chaque musulman ET à chaque musulmane de maîtriser son regard par rapport à ce qui est 'awra (sauf dans le cas des époux, et sauf nécessité absolue dans les autres cas) et de maîtriser son regard s'il est chargé d'instinct par rapport à ce qui n'est pas 'awra (sauf dans le cas des époux).
Or, si l'islam demande (fardh) à une personne de maîtriser son regard par rapport à ce qui est 'awra chez une autre personne, il demande (fardh) également à cette autre personne de dissimuler sa 'awra des regards de la première personne par le moyen de vêtements appropriés.

Maintenant dissimuler son corps des regards, ce n'est pas que porter un voile, je vous l’accorde. C'est, d'une façon plus générale, mettre des vêtements qui remplissent un certain nombre de conditions. Et il se trouve que la majorité de ces conditions concernent la femme comme l'homme excepté le parfum fort qui est interdit à la femme en public.

Une autre remarque venant d’un commentaire sur votre blog : « Je n'interdirais pas le voile mais j'en serais très tenté quand je vois à quel point de nombreuses voilées en font un outil pour faire honte à celles qui ne veulent pas se voiler ».
Toujours le même constat, les femmes dont vous parlez (comme celles plus haut qui éduquent mal / n’éduquent pas leurs fils) seraient donc le prétexte à l’interdiction du voile. Des mal-éduquées / pas éduquées qui n’ont aucune idée des principes islamiques d’éducation et de l’importance de l’humilité dans le rappel... sont pour vous un argument ? Dans l’islam tel que je l’aime, on doit privilégier la compréhension des priorités, l'éducation dans la foi et le rappel progressif. Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Ma remarque est également une réponse à cela : « J'ai vu un documentaire sur un refuge de jeunes filles en Iran. Une adolescente s'est faite tabasser par son père et son frère parce qu'alors qu'elle portait l'immense voile noir iranier , un inconnu l'a interpellé en disant "quelle belle allure!"
En Egypte aussi bien les voilées que les non voilées sont agressées et embêtées dans la rue et pourtant il y a là bas une majorité de voilées
Un voile ne fait pas des femmes des êtres asexués ni n'arrête les hommes qui ont envie d'agresser ».

Je n’ai qu’un mot : Education, éducation, éducation pour ces pères, ces frères, ces hommes de la rue ! Et je vous réponds que le voile n’y est pour rien ! Non je ne crois pas que le voile va me protéger de ces hommes-là qui n’ont que faire du voile ou des cheveux. Mais je remplis une obligation émanant de Dieu et -en même temps- cela fait comprendre à d’autres hommes de la rue, plus éduqués, que j’ai une pudeur, que je veux qu’on me parle de manière décente et pour ce que je suis : un cerveau dans un corps de femme... et pas un corps tout court.
D’ailleurs, avant d’être des donneurs d’ordres, mon mari et moi commençons par être des gardiens de la pudeur dans notre propre foyer, avec nos enfants, fille comme garçon. C'est là une tâche d'autant plus importante aujourd'hui que nous sommes assaillis de toutes parts par des influences néfastes qui contribuent à saper les principes et règles que nous inculquons à nos enfants... mais là je m’égare.
Ces hommes dont vous parlez n’ont, eux, pour le coup, aucune pudeur, aucune honte à l'égard d'Allah en raison de leurs agissements. Il est du devoir du musulman d'entretenir et de développer sa pudeur. Il se doit de manifester de la pudeur, envers ses semblables et envers Allah, dans son comportement, dans ses actes. Le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) a ainsi empêché les musulmans de tenir un langage grossier et vulgaire, un langage qui serait justement contraire à la pudeur. Le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) lui-même, lorsqu'il parlait à ses compagnons de sujets assez sensibles, employait toujours un langage plein de finesse et faisait appel à des métaphores, à des images, manifestant de la sorte sa pudeur jusque dans ses propos. On pourrait trouver encore beaucoup de Hadiths qui montrent l'importance que le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) accordait cette qualité essentielle. Il disait en ce sens: "La pudeur n'amène que le bien." Dans d'autres Hadiths, il a aussi fait allusion aux maux qui apparaissent dans une société où cette qualité tend à disparaître.

Puis vous dites que la situation a évolué en Tunisie... c’est quoi l’évolution dont vous parlez... un président élu à 97 %, des femmes que l’on empêche d’étudier en raison de leur voile, des gens de la campagne qui ont du mal à joindre les deux bouts, des passe-droits pour trouver un travail, etc. Est-ce le voile le plus préoccupant dans tout cela ?

Je reviens maintenant à cela : « Est ce qu'un homme a le droit d'interdire à sa femme de travailler [...]mais la règle primordiale est que le paradis réside dans l'obéissance des parents et que la femme doit être conciliante avec son mari sinon le mariage sera un échec 'ce sont là les commandements de coran j'invente pas) , donc après maintes discussions la femme devra obéir dans tous les cas , en quoi cela serait-il différent pour le voile ».
Je vous réponds : pas d’obéissance à la créature dans la désobéissance au créateur ! Un homme ne peut, sauf raison valable islamiquement, empêcher sa femme de travailler. Un père ne peut, sauf raison valable islamiquement, empêcher sa fille d’étudier. Etc.

Ensuite vous dites : "En portant le hijab oriental c'est un geste que tu pose et qui défie nos acquis mais aussi notre culture maghrébine."
"Qu'une Tunisienne décide de porter le hijab est un échec pour notre identité aussi ".
"Par ce que nous n"avons jamaiseu de Hijab en Tunisie nous avons le safsari qui est totalement àl'opposé duHijab. le hijab est le porte drapeau d'un islam politisé et c'est là que le danger poite à l'horizon ".
Hijab oriental ? foulard politisé ? Tu as déjà essayé de vaquer à tes occupations en safsari, de ramasser des louz en safsari, de prendre le naql avec le safsari ? Un foulard simple autour de la tête est bien plus pratique qu’un safsari. Mais à choisir entre rien ou un safsari, je prends le safsari, si c’est « la référence orientale » qui vous gêne vraiment.
Par contre, vous ne faites pas allusion à l’usage massif de jeans par les filles comme par les garçons en Tunisie, ainsi que des costards-cravates, qui n’ont rien de tunisien non plus. Mais cela n’est pas un souci, n'est-ce pas ? L’invasion culturelle dans ce sens ne vous gêne pas ? C’est quand cela provient de l’Orient uniquement que c’est gênant ?

Vous dites encore : "Est ce que les signes résultant du port du voile, autant que ceux émanant d’autres croyances différentes de la foi musulmane, ne risquent pas d’être perçus par certains comme des provocations. "
Tout le monde porte un ou des signes selon son mode de vie. Est-ce que pour autant, nous devrions tous être habillés, coiffés, chaussés, que sais-je... de la même manière pour vivre ensemble ? Ce n’est pas cela l’important, ce n’est pas cela l’obstacle pour vivre ensemble, ce sont les comportements individuels et au risque de me répéter : c’est l’éducation qui est au centre de tout cela.

"Le choix de la laïcité adopté par les sociétés Turque ou Française, pour prendre des nations où prévalent respectivement islam et christianisme, semble inviter au port du voile avec discernement, en dehors de tout prosélytisme, et en tous cas n’implique ni obligation ni interdiction totales de ce port."

Pour le cas de la France, je vous arrête tout de suite. C’est là où, selon moi, c’est le plus problématique car ce n’est pas la liberté, l’émancipation de la femme qui est en jeu alors que vous la réclamez à grands cris. Les musulmanes voilées n’ont jamais gêné qui que ce soit en France tant qu’elles restaient cantonnées dans leur foyer ou dans des métiers de femmes de ménage. Aujourd’hui, elles veulent étudier, travailler, être en contact avec les autres (l’ouverture à laquelle vous appelez) mais on leur refuse cela justement en raison du voile. Contradictoire, conternant, navrant.
Non les femmes ne sont pas condamnées à toujours exercer un pouvoir en étant cachées comme vous le dites et le hijâb leur permet ou, du moins, devrait justement leur permettre de travailler en dehors de leur foyer.
Enfin,pour le monsieur qui a un discours très "tuniso-tunisois" qui aimerait que ce soient "les femmes du bled du fin fond de Maktar qui nous expliquent les raisons qui les amèneraient à affronter l’opprobre dont elles seraient certainement couvertes lorsqu’elles jetteraient leur voile" : mon mari est un campagnard, un vrai, qui n'a eu ni eau courante, ni table avec chaises pour manger, qui a brillamment passé son bac en 1999 à la lumière d'une lampe à pétrole... ses soeurs n'étaient pas voilées quand je les ai connues il y a 5 ans de cela et personne, surtout pas leur père, ni leurs frères, ne les auraient obligées à le faire. Jeter l'opprobre sur une femme non-voilée à la campagne, c'est du délire de citadin... par contre, jeter l'opprobre sur un homme qui décide de porter une barbe, voilà une curiosité décidemment bien tunisienne qui ne fait pas de frontière entre ville et campagne.

FOI, EDUCATION, AMOUR ET PUDEUR sont nos mots d'ordre (à mon mari et à moi)


Enfin, laissez-moi vous rappeler ceci (cela concerne l’Algérie colonisée en l’occurence) :

Frantz Fanon, L’an v de la révolution algérienne, réédité en 1966 sous le titre " Sociologie d’une révolution " :

"La société coloniale ... réagit de facon assez homogène en face du voile. Avant 1954, plus précisement depuis les années 1930-1935, le combat décisif est engagé. Les responsables de l'administration francaise préposés à la destruction de l'originalité du peuple , chargés par les pouvoirs de procèder coute que coute à la désagrégation des formes d'existence susceptibles d'évoquer de prés ou de loin une réalite nationale, vont porter le maximum de leurs efforts sur le port du voile, concu en l'occurrence, comme symbole du statut de la femme Algerienne.
(...) C'est à partir des analyses des sociologues et des ethnologues que les spécialistes des affaires dites indigénes et les responsables des Bureaux arabes coordonnent leur travail.
A un premier niveau, il y a reprise pure et simple de la fameuse formule : "ayons les femmes et le reste suivra". (...) Le role de la mère Algerienne, ceux de la grand-mère, de la tante, de la 'vieille' sont inventoriés et précisés.

L'administration peut alors définir une doctrine politique precise : "Si nous voulons frapper la société Algerienne dans sa contexture, dans ses facultés de résistance, il nous faut d'abord conquerir les femmes, il faut que nous allions les chercher derrière le voile ou elles se dissimulent et dans les maisons ou l'homme les cache". Chaque succés enregistré par le colonisateur, chaque voile rejeté renforcent la conviction de celui- ci dans "la femme Algerienne concue comme support de la pénétration occidentale dans la société autochtone", decouvrent aux colonialistes des horizons jusqu'alors interdits, et leur montrent, morceau par morceau, la
chair Algerienne mise à nu (...) ."

Au plaisir de vous lire.

Murt tunsi

islam_ayeh a dit...

Ce commentaire arrive malheureusement très en retard mais j'insiste à le poster pour répondre à Trainspotting qui a utilisé un faux argument prisé par ceux qui veulent nous faire croire que le voile n'est pas obligatoire!

Le coran a été révélé en arabe, pour l'interpréter il faut maîtriser l'arabe! Le verset de sourat annour doit être traduit non pas par : "de couvrir leurs seins de voile" mais par "de rabattre le voile de leurs têtes sur leurs poitrines"
eh oui, le mot khomor pluriel de khimar veut dire "couvre tête" et c relatif aux hommes aussi bien qu'aux femmes cf le fameux dictionnaire : lisen al3arab!

PS : je suis étonné de voir qu'aucun n'a écrit le moindre commentaire suite à celui de murt tunsi :D

trainspotting a dit...

Bonjour Murt Tunsi,

ma réponse arrive bien tard mais je peux pas m'empêcher de commenter malgrè tout :)


1. "Sur le « tel qu’il est porté aujourd’hui » : vous le savez mieux que moi, le monde musulman est un univers de nuances et entre les femmes qui ont joué la carte de la mode à l'Occidentale et les femmes complètement cachées sous un niqâb, il y a un monde. Celui où des femmes s'habillent et se voilent (ou pas) d'une multitude de façons différentes, pour des raisons tout aussi variées, même en Tunisie. J’y reviendrai."

=>Trainspotting: Je n'ai pas parlé du "tel qu'il est porté aujourd'hui" dans le sens de différencier ou de faire un jugement de valeur sur les différentes façons de porter un voile, mais simplement pour dire qu'il n'y a aucun indicatif exact dans le coran sur ce qui était porté à l'époque quelles façons , quels coloris, noués de quelle manière?
Or le raisonnement des ulémas est justement de suivre ce que faisaient les musulmans de l'époque, afin d'être sûrs d'être dans le vrai. Sachant qu'on parle de 10 ans à tout casser entre la fin des guerres la véritable installation de l'Etat donc et la mort de Mahomet , après ce qu'ils ont fait niveau application de la religion va savoir

2. "Sur les interprétations diverses d’un verset non explicite vous dites : "le coran même met en garde contre les interprétations des autres en précisant que seul dieu connait la véritable interprétation «… Dieu seul en connaît l’interprétation et les hommes enracinés dans la science diront : Nous croyons au Livre, tout ce qu’il renferme vient de notre Seigneur. Les hommes sensés réfléchissent » (verset 7, sourate 3) ". Vous ne connaissez objectivement pas le sens de ce verset ni ne savez l’importance de se référer à des gens de science concernant des points infiniment plus complexes que vos propos ne le laissent croire.
Je ne vous l’apprend sûrement pas : des générations de savants se sont penchés sur la question du hijab en faisant un effort de réflexion afin de découvrir la règle du cas dont les textes parlent, mais donnent une réponse qui soit n'est pas explicite mais fait l'objet d'interprétations différentes, soit est explicite mais d'autres principes entrent en jeu par rapport au contexte dans lequel les musulmans se trouvent, qui font que la règle n'y est pas applicable (par exemple le principe de contrainte). Je parle bien ici de ce qu’on appelle en arabe l’ijtihâd bayânî. "

=>Trainspotting: Le coran a dit "les gens censés réfléchissent" pas les gens censés interpètent, je n'ai pas dit que le coran interdisait la réflexion , mais il prévenait contre l'interprétation . Lit la phrase il te dit que les scientifiques croient dans ce que dit le coran pas interprètent ce que dit le coran , leur réflexion est bonne parce qu'elle les a mené vers la foi aveugle pas vers l'interprétation poussée.
Mais bien sûr que les générations de savants préfèrent s'entendre dire qu'ils ont le droit d'interpréter , sinon leur science se limitera au prophane ou à l'enseignement du coran , et ils ne pourront plus vendre de bouquins qui l'interprètent

3.Murt Tunsi a dit: " Si l’on parle maintenant de « méthode » d’interprétation. La question que vous posez repose sur le fait de délimiter ce que désignent les termes "ce qui en paraît" dans le verset coranique "Et dis aux croyants de baisser leur regard et de garder leur chasteté. (...) Et dis aux croyantes de baisser leur regard, de garder leur chasteté, de ne montrer de leurs parures que ce qui en paraît, et de rabattre leur foulard sur leur poitrine. (...)" (24/30-31).
Comprendre un verset du Coran peut se faire par référence d'abord à d'autres versets du Coran, puis aux aHadîths du Prophète. Cependant, comme vous l’avez dit, les autres versets coraniques n'explicitent pas ces termes "ce qui en paraît". Et il y a certes un Hadîth qui se rapportent au même sujet – celui rapporté par Asmâ' bint Abî Bakr –, mais son authenticité est mise en doute, comme vous l’avez également mentionné.
Les savants ont donc eu recours à deux autres méthodes pour comprendre ce que Dieu entendait par les mots "ce qui en paraît" :

-1ere méthode : ils se sont référés aux explications de ces termes fournies par les savants des premiers siècles de l'islam (les Compagnons, leurs élèves et ainsi de suite). Selon Ibn Abbâs, Mujâhid, al-Hassan, adh-Dhahhâk, et d'autres, les termes "ce qui en paraît" désignent le visage et les mains, qu'il n'est alors pas obligatoire de couvrir. Selon Aïcha ces termes désignent le visage, les mains et les pieds.

-2nde méthode : ils se sont référés à la façon par laquelle les musulmanes du temps du Prophète ont mis en pratique ce verset, d’où il ressort la nécessité de se couvrir le corps mais où il y a autant de façons de faire que de femmes".

=> Trainspotting: je vais commencer par la 2ème méthode comment d'après toi est ce que les femmes portaient le voile à l'époque du prophète et avant l'arrivée du fameux verset , et quels sont les documents historiques sur la dizaine d'année qui sépare l'apparition du verset et la mort du prophète (tout ce qui vient après est sujet au doute au niveau de l'application de la religion)
or la tradition montre que certaines entraient dévoilées chez le prophète , par ailleurs on sait que pendant très longtemps les femmes libres sortaient voilées et les esclaves dévoilées qu'elle est donc cette règle musulmane qui ne s'applique qu'à une partie de la population féminine, et quels sont donc ses compagnons (dont le bien connu 3omar ibn khattab) et ces élèves qui poussent certaines à appliquer un "commandement" et interdisent à d'autres de le faire (ce qui doit donner une idée sur le crédit qu'on peut leur donner)
Ensuite d'autres disent que la tradition même avant l'islam était d'avoir un couvre chef (de la même façon que les berbères chez nous se sont toujours couverts) mais que les femmes de l'époque laissaient le voile en arrière sur leur dos en demandant de rabattre le voile sur la chemise il s'agissait de couvrir leur poitrine .
Maintenant chacun "interprète " comme il veut, pour ma part je ne crois pas que lorsqu'on ordonne de rabattre le voile de telle manière, cela veut dire qu'on est obligé de porter ce voile, c'est comme si tu me demandais de lacer mes espadrilles cela ne veut pas dire que je suis obligée de porter des espadrilles mais uniquement que je suis obligée de les lacer lorsque j'en porte

Si le but était d'obliger le port de l'espadrille ou du voile ,ne crois -tu pas qu'on nous aurait dit portes-le tout bonnement comme on nous a interdit de boire du sang par exemple.

Murt Tunsi a dit: "
Vous parlez de l’islam ou de femmes .... Je n’ai qu’un mot : Education, éducation, éducation pour ces pères, ces frères, ces hommes de la rue ! Et je vous réponds que le voile n’y est pour rien ! Non je ne crois pas que le voile va me protéger de ces hommes-là qui n’ont que faire du voile ou des cheveux. Mais je remplis une obligation émanant de Dieu et -en même temps- cela fait comprendre à d’autres hommes de la rue, plus éduqués, que j’ai une pudeur, que je veux qu’on me parle de manière décente et pour ce que je suis : un cerveau dans un corps de femme... et pas un corps tout court.
D’ailleurs, avant d’être des donneurs d’ordres, mon mari et moi commençons par être des gardiens de la pudeur dans notre propre foyer, avec nos enfants, fille comme garçon. C'est là une tâche d'autant plus importante aujourd'hui que nous sommes assaillis de toutes parts par des influences néfastes qui contribuent à saper les principes et règles que nous inculquons à nos enfants... mais là je m’égare.
Ces hommes dont vous parlez n’ont, eux, pour le coup, aucune pudeur, aucune honte à l'égard d'Allah en raison de leurs agissements. Il est du devoir du musulman d'entretenir et de développer sa pudeur. Il se doit de manifester de la pudeur, envers ses semblables et envers Allah, dans son comportement, dans ses actes. Le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) a ainsi empêché les musulmans de tenir un langage grossier et vulgaire, un langage qui serait justement contraire à la pudeur. Le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) lui-même, lorsqu'il parlait à ses compagnons de sujets assez sensibles, employait toujours un langage plein de finesse et faisait appel à des métaphores, à des images, manifestant de la sorte sa pudeur jusque dans ses propos. On pourrait trouver encore beaucoup de Hadiths qui montrent l'importance que le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) accordait cette qualité essentielle."



=> Trainspotting: Le mot awra m'horripile décidément il a trait au pécher et au tabou, sur des choses naturelles avec lesquelles on naît. Croyez-vous sérieusement que toutes ses précautions prises vont empêcher l'homme ou la femme les plus dévôts de s'exciter si ce n'est dans les faits au moins dans la pensée.
A qui sont adressées toutes ces "cachez moi ce sein" toutes ces tartufferies, est ce à mon père , ou à mon frère, est ce à Islam Ayeh qui a l'air d'être un brave dévot.
Je vais te dire ce que j'en pense même s'il est fort probable que tu ne liras jamais ce post . Il y a deux catégories de gens les éduqués et les non éduqués, ceux qui sont éduqués ne seront pas impolis avec une fille même si elle se balade en mini-jupe et ceux qui ne sont pas éduqués l'interpelleront et l'insulteront même si elle portait une burka . Dans un sens je suis d'accord avec toi il faut éduquer , et dans l'autre je ne vois absolument pas en quoi le voile nous aide là dessus. Ce n'est qu'un cache- problème dans le sens ou ce n'est qu'un cache sexualité et désir . il ne résoud pas l'appel des sens il ne fait que le cacher en faire un désir clandestin qui risque de devenir encore plus dangereux parce que justement invisible et donc imprévisible.

Le voile nous apprend que si une jeune fille ne le porte pas elle va recevoir des insultes , et donc qu'elle contribut à ce mal elle est donc une semi-coupable (même si la culpabilité est partagée) , le voile nous apprend que les parties du corps d'une femme sont une awra quelque chose d'impudique de mauvais et on comprend mal comment dieu crée quelque chose d'impudique et nous demande de le cacher, mais ça c'est une autre histoire
Le voile nous apprend aussi que la victime est aussi coupable que le coupable lui même , que l'homme n'est qu'à demi-responsable . Il nous apprend que l'homme et la femme doivent baisser leurs regards et s'habiller décemment , mais qu'en plus la femme doublement victime et coupable doit porter le voile et éviter le parfum.
Si ça n'était pas risible , je dirai "pourquoi tant de haine?"

Ce n'est pas moi qui le dit c'est vous mêmes en utilisant le mot 3oura, pourtant crois moi je suis contre l'interdiction du voile , je vis depuis des années avec des amies voilées et on se respecte mutuellement même si je n'aime pas leur philosophie. La tolérance ne réside pas dans le fait de ne pas dire son opinion franchement sur les croyances d'autrui ni dans le fait de faire semblant de les apprécier, mais plutôt dans le fait de savoir autant critiquer qu'accepter la critique. Car c'est ainsi que le débat avance.


Murt Tunsi a dit : "Il disait en ce sens: "La pudeur n'amène que le bien." Dans d'autres Hadiths, il a aussi fait allusion aux maux qui apparaissent dans une société où cette qualité tend à disparaître."

=> trainspotting: Où sont les bénéfices de cette pudeur dans la société où on vit , dans les autres pays musulmans sont-ils réellement plus équilibrés, j'ai vu chez eux au contraire une grande ignorance et une grande frustration , peut être que certains sont plus patients ou plus résignés que d'autre mais la grande majorité souffre de ne pouvoir même se masturber pour alléger cette tension sexuelle dont ils ne sont pas les inventeurs.
Je ne crois pas à la société idéale, ni la pruderie ni la libération sexuelle totale ne l'apporteront , Mais je crois aux sociétés saines qui adoptent des lois qui protègent le plus faible sans l'accabler , et à la justice aveugle . Tant que des lois protègent contre le harcèlement sexuel,le viol et interdisent l'atteinte à la pudeur, et que ces lois sont appliqués et qu'un minimum de précautions est pris , je considère qu'une personne n'obtiendra aucun plus d'un boût de tissu aucune protection supplémentaire à moins de se prendre un garde du corps, et je considèrerai dans ce cas que c'est une société où il fait bon vivre.
Le risque zéro n'existe pas, mais ce n'est pas avec un boût de tissu que vous aller vous en rapprocher.


Murt Tunsi: a dit:
Puis vous dites que la situation a évolué en Tunisie... c’est quoi l’évolution dont vous parlez... un président élu à 97 %, des femmes que l’on empêche d’étudier en raison de leur voile, des gens de la campagne qui ont du mal à joindre les deux bouts, des passe-droits pour trouver un travail, etc. Est-ce le voile le plus préoccupant dans tout cela ?

=> Je ne crois pas avoir dit que la situation a évolué en Tunisie (c'était Aziz) mais cela ne fait rien je le revendique car feu ma grand mère qui a vécu l'avant et après l'indépendance a passé la moitié de sa vie à remercier Bourguiba pour ce qu'il a fait pour ses 5 filles.S'il y a bien des gens qui savent l'importance de cette évolution c'est bien sa génération
les gens de la campagne avaient du mal à joindre les deux boûts avant l'indépendance et après, nous avions un roi nous sommes passé à des présidents roi, les boulots se faisaient et se font encore par passe droit, ce sont des choses qui n'ont pas évolué mais qui ne se sont pas détérioré par contre notre taux d'analphabétisation est en chute libre, et notre taux de natalité est assez faible pour que la majorité des tunisiens arrive à manger normalement ce qui n'est pas le cas de tous nos voisins
Je ne suis pas là pour faire l'apologie de ce régime , je ne l'aime pas et je ne crois pas qu'il ait bien fait les choses , mais de la même façon qu'ils ont tord de faire du voile un épouvantail qu'ils utilisent pour leur magouille , de même les religieux ont tord de faire de la liberté sexuelle un épouvantail pour encourager un retour à la religion et à la pudeur.
Cela ne fait que nous dresser les uns contre les autres

Murt Tunsi a dit:
Je vous réponds : pas d’obéissance à la créature dans la désobéissance au créateur ! Un homme ne peut, sauf raison valable islamiquement, empêcher sa femme de travailler. Un père ne peut, sauf raison valable islamiquement, empêcher sa fille d’étudier. Etc.

=> trainspotting: Deux points, d'abord tu laisses le choix au mari de désigner quelle est la raison valable ou pas parce qu'une femme ne va pas avoir recours à la justice ou chercher dans les fatwas à chaque fois qu'elle n'est pas d'accord avec son mari , la religion de lui dit d'obéir elle obéit tant que rien dans le coran ne lui dit l'inverse.
le deuxième point c'est que je ne parlais pas de l'interdiction du travail ou des études . Comme tu l'as dit toi même interdire le bien devient mal, n'est ce pas. dans la même logique obliger ses enfants à fermer les portes lorsqu'ils sont seuls à ne jamais sortir avec quelqu'un qu'ils ne connaissent pas , c'est obliger à un bien donc c'est bien. Maitenant dis mois est ce que le voile est bien ou mal ? si c'est un bien y obliger une personne devient un bien.
Je sais ce que tu me dirais (si tu lisais cela bien sûr) chacun est libre dans sa religion, le problème est que le voile n'est pas uniquement un rite religieus comme la prière ou le pélerinage . C'est un acte qui est présenté par les ulémas eux mêmes comme un acte de protection pour la femme. Donc dans la même logique que tu ne parles pas aux inconnus, et "appelles nous avant de partir où que ce soit", les parents zélés peuvent intégrer le "portes le voile ma fille pour ta sécurité".


Pour le point du hijab oriental je suis tout à fait d'accord avec toi , c'est un très mauvais argument, qui peut se retourner facilement contre celui qui le donne

Je suis d'accord également sur le fait que nous portons tous un signe d'appartenance, il y a deux points par contre qui devraient e^tre discutés entre prof parents et administration : doivent-t-ils accepter le voile chez les moins de 11 ans (les égyptiens et mêmes certains tunisiens voilent des fillettes de 6 ans) , après tout si c'est une question de liberté de culte , ils sont libres d'avoir l'interprétation qu'ils veulent du coran . Comment protéger ces fillettes dans ce cas?
Qu'en est-il du respect des enseignants , en tant que vêtement le voile couvre la tête, les casquettes chez les garçons aussi, sous prétexte de liberté vestimentaire ils peuvent imposer de porter des casquettes en classe ce qui a toujours été considéré comme un manque de respect du professeur . Que faire dans ce cas , allouer la liberté vestimentaire à tout le monde (entre les voilés , les casquettes et les mini jupes ça va être rigolo) ou interdire à tout le monde et émettre un code vestimentaire valable pour tous. (et dans ce cas cela revient soit obliger à porter le voile ou à interdire le port du voile à tous jusqu'à la fin du lycée)

Pour la question de la laicité , je reste convaincu qu'il faut séparer la religion de l'Etat, mais pas à la française trop rigide et dictatoriale ni à l'allemande trop cool (ils laissent les parents d'élève musulmans interdire à leurs enfants de faire piscine ou cours de cuisine , on leur enlève leur dernier espace de liberté à ces enfants) , peut être qu'il faut inventer une nouvelle façon d'être laique pourquoi pas? j'en ai assez pour ma part qu'on ne nous laisse plus que trois choix soit imiter l'Europe soit imiter le passé soit imiter le moyen orient, ne sommes nous pas assez intelligents pour inventer notre propre chemin.

@islam - ayeh:
je sais que le mot khimar vient de khamara , et il veut dire couvrir , ce qui n'empêche en aucun cas que je ne pense pas qu'une indication sur comment porter un voile veut dire que nous devons absolument porter le voile en question comme je l'ai expliqué plus haut

Soufiene a dit...

Toujours le meme probleme avec se blog. Les images choquantes, grotesques, et harcelantes. Faudra t'il le rappeler que la Tunisie c'est pas les Talibans. La societe Tunisienne n'est pas moyen ageuse, on n'a pas de femmes soumises et mal traites comme dans d'autres societes musulmanes. Le voile chez nous, est principalement un phenomene de mode. Et je ne crois pas que cela necessite de tels reactions exagerees, et surtout de tels harcelements, par certains, qui pretendent le debat, et la liberte de l'expression, or qu'ils se montrent vulgueres, grotesques, et voir irrespectueux et mal eleves quelque fois ...