lundi, septembre 17, 2007

Souvenirs ramadanesques



En ce mois saint de Ramadan et comme à chaque année, un blues vient me hanter et la "ghorba"est plus pesante que jamais .Je suis heureusement trés bien entouré ici et j'essaie de mon mieux perpéter cette tradition qui a bercé mon enfance et mon adolescence ..

Même si comme vous le savez je ne suis pas religieusx dans le sene monothéiste du terme , mes traditions arabo-musulmanes me sont trés chéres .. Alors de mon Canada profond et avec un horaire qui ne prête en rien aux festivités que l'on connaît ni à l'ambiance si particuliére de Ramadan chez nous j'essaie de reproduire certains rites qui me replonge dans ma Tunisie.

J'ai l'avantage d'habiter dans un quartier à forte proportion maghrébine et donc je n'ai pas de difficulté à me fournir les produits de chez nous (même du boga et du fourat des zlébia , maqroudh !). Hédi Jouini dans mon I-Pod et ART à la télévision complétent ce joyeux mélange nostalgique..

Mais rien ne remplacerait ses si beaux souvenirs de ramadan . J'aimerais en partager quelques -uns avec vous et peut-être vous faire sourire !!

Je me rappelle des ces nuits où l'on attendait notre fameux mufti apparaître à la télé aprés le JT de 20 pour nous annoncer le début de Ramadan..et que je sautais de joie en pensant à tout ses bon plats que j'allais dégûster sans avoir à subir la faim qui rendaient les adultes si grincheux!

Je em rappelle de ma mére qui commençait dés deux heures à concocter les plats que nous allions savourer le soir même, des derniéres petites courses qu'elle m'ordonnait à aller faire.
Je me rappelle des émissions aussi de télé comme celle de cette femme sfaxienne je crois qui avait une émission de cuisine et qui me faisait dejà saliver 3 heures avant le festin..

Des cris de ma mére parce qu'elle avait la h'chicha et que ça l'emmerdait ce mois qu'elle passait aux fourneaux..
Je me suis souviens de cette fébrilité des gens et de la ville, le bruit assourdissant des klaxons des chauffeurs en manque de nicotine, du pain arbi , de la malsouka dans les marchés improvisés en ville, du vert du ma3dnous et des pois chiches trempés dans des verres que l'on retrouve d'habitude dans le café du coin ..

Je me souviens de mon pére qui faisait sa sieste , de moi dans les jupons de ma mére essayant de me frayer un chemin pour aboutir en face de la farce des bricks et de mes questions incéssantes: "maman tu fais des bricks tu fais des bricks hein ?"

Du coucher de soleil que j'attendais impatiemment pour pouvoir enfin manger!! De l'imam qui à la télé recitait des versets du Coran avec cette mélodie propre à un saint homme.

De ma mére qui m'hurlait de lui foutre la paix et de mettre la table ce que je faisais concenscieusement chaque soir par ce que ramadan était le mois où l'on mangait tous à table en famille et qu 'en aucun cas il fallait laisser passer cette occasion.

Je me souviens de mon pére qui voulait préparer exclusivement sa salade à base d'anchois sur un filet d'huile d'olive saupoudré de persil et d'oignons .Je me souviens de moi admirant mon pére et surtout son souci du détails quand il préparait sa petite salade comme si il l'a mangait dejà des yeux..

Du moment tant attendu ,quand le silence tombe sur toute la ville et que chacun se retrouve dans le confort de son chez soi avec ses proches . Du premier verre d'eau que l'on boit, des derniers sursauts de ma mére en cuisine et de l'odeur envahissante des bricks qui sont en train de frire , des morceaux de citrons en quartiers sur le plat de bricks que j'emmenais délicatement tel un butin sur la table.

De cette orgie journaliére de bouffe en écoutant des clips vidéos à la gloire de Dieu. J'apprécias surtout celui où l'on récitait les noms de Dieu qui défilaient devat l'écran , suivi par les Fawazir égyptiens.

Un ventre qui a triplé de volume plus tard on se laisse avacher en face de cette télévision pour savourer la caméra cachée et les autres émissions..en savourant une bouza ou un dro3 avec un bon verre de thé et de la bonne zlébia avant de saluer les parents et de prendre mes fouchiks( pétard) et mon fouchik artisanal qui était composé d'une clé trouée dans sa tige raccordé à un clou à l'autre extrémité d'une petite corde.

Je volais le paquet d'allumettes de ma mére pour en prendre le sufure qui va servir à enclencher mes pétards.

Des cris de joie quand je retrouvais ouled el houma pour une nuit endiablée à péter des fouchiks et à jouer à mille et un jeu ...aussi aux filles qui se mettaient en place pour jouer à la corde ou à la Ghomidha dans notre immense terrains de jeux qu'étaient la houma.

Plus tard c'étaient aux tournant de la médina dans ses ruelles envahies par l'odeur de la chicha enfumée autour d'un thé au café des chewachine ou dans un salon de thé avant d'aller à l'un des concerts du festival de la Médina et de me ressourcer chaque nuit dans cette médina qui chante mon pays dans ce mois saint pour tous.

À tous, je vous souhaite un Ramadan pleins de bonheur de joie de retrouvaille , à ceux qui croient à un Dieu transcendant je vous souhaite aussi un mois de spritualité et de rencontre avec votre Créateur et qu'Il puisse dans miséricorde nous pardonner à tous.

4 commentaires:

Massir a dit...

Ti hak kima Sbou3i, ma tkhamim ken fil makla!!!!

Lilia a dit...

Aziz, t'habites près de Jean Talon? Je pensais que tu habitais au centre-vile ;)

sami a dit...

spiss d'enculé c'était toi les fouchiks dans la houma :)
putain t'as failli me faire pleurer avec ton histoire...sacré transmetteur d'émotions toi!!

Antar a dit...

Ya MAssir > Hedhika mochkelti j'adore manger!!!!!!!!! je suis un gourmand et avec Ramadan ca empire !!

A Lilia non pas jean-Talon il ya un autre quartier ;-))

Sami et oui c'etait moi en partie avec aussi les sonneries aux portes les fausses crises d'epilepsies la sauce tomate sur le torse en face de Am Boulehi ... looool