lundi, juin 25, 2007

La St-Jean Baptiste

La fête de la Saint-Jean Baptiste était célébrée tous les 24 juin bien avant que de devenir la fête nationale de tous les Québécois. Déjà en des temps immémoriaux, les peuples païens célébraient le solstice d'été par un grand feu de joie, symbolisant la lumière qui était à son apogée.

Mais la St-Jean demeure avant tout, pour les Québécois qui étaient très pieux, une fête religieuse, qui donne souvent lieu à des processions dans les rues de la ville, comme c'est le cas de plusieurs autres fêtes, par exemple celles de la Vierge Marie, de St Joseph ou de Ste Anne. C'est en 1834 que de fête religieuse, la St-Jean-Baptiste deviendra un symbole national pour les Québécois.

De nos jours, le 24 Juin est devenu un symbole de l'idéal national d'une frange de la société Québecoise. Au- delà de toutes ces idées partisanes la St-Jean pour moi c'est la célébration chaque année de notre existence en tant que peuple francophone dans les Amériques. Celui aussi de la fierté de cet héritage français au Canada qui a survécu et s'épanoui même malgré tout.

Ces anciens colonsfrançais dans un territoire immense delaissé parleur mére-patriet quise sont battus pour leur langues malgré la domination anglaise et toutes les souffrances qu'ils ont endurer.

C'est surtout une occasion de se retrouver avec les personnes que l'on aime autour d'un feu de bois et passer une nuit blanche à apprécier ce moment ensemble et en français.

La St-Jean ne devrait pas se limiter à cette idée partisane, la St-Jean c'est la fête de la francophonie eet des rapprochements culturels . Alors désormais à chaque St-Jean Baptiste je vais me retrouver dans ma nouvelle famille d'acceuil autour d'un feu de bois en train de savourer des guimauves grillées sur le feu , écouter les histoires de familles et aussi de leurs traditions.

Bonne St-Jean à tous les francophones des Amériques!

3 commentaires:

Roumi a dit...

Mon cher Aziz,
Je ferais quelques remarques à propos de la saint Jean.
Comme tu l'as dit elle est située sensiblement au moment du solstice d'été. Ce n'est évidemment pas un hasard si l'on a placé à ce moment la fête de l'un des plus grands saints chrétiens, saint Jean le Baptiste, cousin de Jésus (qu'il a baptisé dans les eaux du Jourdain), prophète ayant annoncé la venue du Christ. Il est aussi en quelque sorte un des premiers martyres chrétiens puisqu'il fut décapité sur ordre du roi Hérode.

Ce qui est fêté le 24 juin c'est la naissance de Jean Baptiste ; c'est une rareté car les fêtes journalières chrétiennes célèbre plutôt le décès des saints, martyres, ... Cette fête doit en réalité être mise en parallèle avec la fête de Noël, jour de la naissance de Jésus, qui se situe approximativement au moment du solstice d'hiver, c'est à dire à six mois exactement d'intervalle. Les deux fêtes "fonctionnent" ensemble dans la mécanique théologique chrétienne.

Les théologiens chrétiens ont fixé ces deux jours de naissance de sorte qu'ils recouvrent des fêtes païennes extrêmement importantes et anciennes liés aux solstices. C'est une pratique classique des religions "nouvelles" de vouloir absorber les religions plus anciennes en récupérant les lieux saints, les fêtes les plus marquantes et en les mettant au goût religieux du jour.

Le feu de joie trouve sans doute de multiple signification. Il est évident que le feu est associé au soleil dont on célèbre le solstice.
Le feu est aussi purificateur... on y brûle par exemple les idoles païennes et on éloigne le mal avec le feu... le feu purificateur est aussi à mettre en parallèle avec l'eau purificatrice du baptême que pratiquait saint Jean dans les eaux du Jourdain. Il y aurait sûrement beaucoup de choses à dire à ce sujet mais ce serait bien long. :)

tonton jacob a dit...

hakka haw! rkad maa el djej sbeh y kaaki!

Antar a dit...

Ya khouya Mebbeldek la ethanna men kaakich ;-)))